Archive for the ‘En vrac’ Category

Surfer plus vite avec Firefox 3

22 novembre 2008

Il y a quelques temps, je suis tombé sur un site qui expliquait comment accélérer la navigation dans Firefox 3. Je n’avais jusqu’alors jamais été particulièrement frustré par la vitesse que je constatais; néanmoins, étant un surfeur plutôt intensif, je me suis dit que ça valait la peine d’essayer.

A l’arrivée, la différence est tellement énorme que j’en viens à me poser une question: s’il est possible de surfer à une vitesse pareille, pourquoi cette configuration n’est-elle pas proposée par défaut lorsque Firefox est téléchargé? On ne parle pas ici d’une vitesse qui augmente de façon marginale, mais bien d’un passage du simple au quintuple, sinon plus.

Il me semble qu’en termes d’expérience utilisateur, c’est quand même un sacré avantage. Combien de fois avez-vous été exaspéré par une page nécessitant 30 secondes pour s’afficher? Combien de fois avez-vous quitté un site parce que la navigation y était insupportable de lenteur?

Les sites en question ont évidemment un rôle à jouer de leur côté. Les pages excessivement riches en contenu, animations flash et autres images Haute Définition mettront toujours un certain temps à s’afficher. Il n’en demeure pas moins que pour la majorité des sites actuels, les quelques opérations que je vous propose ci-dessous peuvent vraiment révolutionner votre façon de surfer.

  1. Ouvrez Firefox et tapez about:config dans la barre d’adresse (ne vous préoccupez pas du warning).
  2. Trouvez la ligne network.http.pipelining et passez sa valeur en True en double-cliquant dessus.
  3. Créez une valeur booléenne (clic droit, Nouveau), nommez-la network.http.pipelining.firstrequest et donnez-lui la valeur True.
  4. Trouvez la ligne network.http.pipelining.maxrequests et donnez-lui la valeur 8 en double-cliquant dessus.
  5. Trouvez la ligne network.http.proxy.pipelining et passez sa valeur en True.
  6. Créez deux nouveaux entiers (valeur numérique) que vous nommez nglayout.initialpaint.delay et content.notify.interval et dont vous mettez la valeur à 0.

Résultats garantis. La manipulation ci-dessus marche également avec la version bêta de Firefox 3.1.

Publicités

Apple: produits de génie, SAV d’abrutis

17 septembre 2008

Je n’ai pas reparlé de mon Macbook Pro depuis que je l’ai commandé, ce qui est une honte étant donnée la satisfaction que me procure la bête depuis son arrivée. En effet, et comme je m’y attendais, c’est un véritable monstre de performance.

Les premières heures de prises en main sont un peu déroutantes, le temps d’intégrer le fait que bon nombre des raccourcis et automatismes utilisés sur PC ne s’appliquent pas sur Mac. Cependant, une fois cette barrière franchie, c’est que du bonheur si j’ose dire. Et ça ne plante pas.

Que dire de l’écran brillant 17 pouces, si ce n’est que la qualité d’image et le confort visuel dépassent mes attentes. Je n’ai pas encore vraiment cherché, mais si Apple propose des kits home cinema compatibles Macbook Pro, je sens venir l’achat dans les semaines qui viennent.

Ca, c’est pour la partie produit. La bonne partie. Passons maintenant à la mauvaise.

J’habite à Genève, partie francophone de la Suisse. Lors du passage de ma commande et du paiement, j’ai reçu un certain nombre d’e-mails de confirmation m’informant que tout se passait bien. Des e-mails en français, donc.

Et pourtant, depuis lors, les publicités envoyées par Apple sont désespérément en allemand.

Pub Apple iPode touch en allemand

Alors oui, je sais, l’allemand est l’une des trois langues nationales de ce pays, une langue que j’ai d’ailleurs étudiée pendant des années dans le cadre de mon cursus. Mais là n’est pas la question, ne commencez pas !

Aujourd’hui, la personnalisation est un domaine extrêmement porteur sur le net. De quoi s’agit-il ? Très simplement, cela consiste à détecter un certain nombre de caractéristiques de ses visiteurs afin de leur proposer le contenu le plus proche possible de ce que l’on croit avoir deviné d’eux.

En effet, lorsque vous arrivez sur un site web, vous amenez avec vous un nombre d’informations que vous ne soupçonnez peut-être pas: votre pays, votre langue, votre navigateur, les sites que vous avez visités et par lesquels vous êtes arrivés ou encore le nombre de visites que vous avez déjà effectuées par le passé.

En fait, la personnalisation de contenu peut s’avérer tellement efficace qu’il existe aujourd’hui des outils remarquablement performants dans ce domaine. Collecter, analyser et combiner intelligement les données afin d’améliorer l’expérience utilisateur requiert en effet des solutions pointues. Mais ce n’est pas de ça qu’il s’agit ici.

Je ne demande pas aux gens d’Apple de savoir ce que je porte en ce moment afin de me proposer un iPod Touch de la même couleur que mon t-shirt. Je ne leur demande pas non plus de savoir que je n’utilise que 2% des fonctionnalités d’un téléphone portable classique, que je le conçois comme un appareil purement utilitaire et que je n’ai donc aucunement l’intention d’acheter un iPhone.

Ce que je demande est bien plus trivial: quand un client se fait livrer un ordinateur dans une ville francophone, et que de surcroît les e-mails de confirmation lui ont été envoyés en français (ce que le client en question a, naïvement peut-être, interprété comme un signe que les gens chez Apple avaient compris qu’il parle français), serait-il possible de lui envoyer des publicités… en français ?

P.S: ce qui me tue le plus dans cette histoire, c’est que Gmail se fait avoir comme un bleu et me balance des publicités germanophones en marge du mail incriminé. Heureusement que je ne les lis jamais…

Red Bull: légendes urbaines et faits avérés

29 juillet 2008

En allant m’acheter un Red Bull tout à l’heure, et en lisant les indications écrites sur la canette, j’ai eu la surprise d’y lire « ne pas mélanger avec de l’alcool ». Il s’agit en effet d’une surprise dans la mesure où, comme de nombreuses personnes je pense, j’ai découvert le Red Bull au travers du célèbre mélange « vodka- Red Bull ».

J’avais déjà entendu que le mélange des deux n’était pas vraiment recommandé, mais je ne savais pas que le fabricant lui-même faisait de la prévention. J’ai donc cherché à savoir pourquoi ce mélange est déconseillé, y voyant également une bonne occasion de me renseigner sur les différentes rumeurs qui courent au sujet de cette boisson (interdite dans plusieurs pays, faut-il le rappeler, même si la France a récemment levé cette interdiction vieille de 12 ans).

En effectuant mes recherches, je suis tombé sur un document rédigé en 2007 par des étudiantes de la HES de Genève. Les auteurs se penchent d’abord sur les différentes propriétés (positives ou négatives) que l’on prête au Red Bull, avant d’amener un éclairage plus scientifique sur la question.

L’article est court et très instructif, je vous invite donc à le lire (par intérêt ou simple curiosité). Toutefois, pour ceux qui ont la flemme, en voici déjà la conclusion: s’il n’est pas prouvé que le Red Bull est inoffensif pour la santé, aucune étude sérieuse n’a jamais démontré non plus qu’il était dangereux…

Il s’agit sûrement d’une des explications au revirement observé sur le marché français, d’autant plus normal que l’interdiction du Red Bull avait rapidement donné naissance à d’autres marques d’energy drink, à la composition vraisemblablement très similaire.

Sumox: assistance PC à distance

25 juillet 2008

Une fois n’est pas coutume, je vais faire un peu de publicité. L’un des amis avec qui j’ai fait mes études de master a récemment créé une entreprise de support informatique dont le business model me plaît beaucoup: Sumox.

Sumox propose des services d’assistance informatique à distance. Par le biais d’un simple formulaire, vous indiquez vos coordonnées, votre problème et l’heure à laquelle vous souhaité être contacté. Un technicien vous rappelle à l’heure dite, se connecte sur votre ordinateur et tente de résoudre le problème.

On le comprend vite, le principal challenge d’un business comme celui-ci concerne la sécurité. Personne n’aurait recours à un tel service sans avoir de solides garanties à ce niveau-là, et Sumox l’a bien compris: connexion 128 bits sécurisée, possibilité pour le client de déconnecter le technicien à tout moment ou encore autorisation du client nécessaire pour que la connexion puisse être établie. Le système est très bien pensé.

Financièrement, le business model est très intéressant: le technicien prend les détails de votre carte de crédit au début de l’appel (c’est peut-être le point le plus sensible) et commence à facturer une fois la connection établie. La facturation s’arrête quand le client confirme que le problème a été résolu, et ne paie ainsi que le temps exact nécessaire à la résolution du problème. Si le problème n’est pas résolu, le client ne paie rien.

Couverture géographique mondiale (mais trois langues disponibles uniquement, du moins pour le moment), une vaste gamme de produits couverts (harware et software), je pense qu’il y a là de quoi développer un très beau business. La principale barrière à l’entrée sera probablement la confiance des utilisateurs, qui pourrait mettre du temps à venir.

En définitive, le seul reproche que l’on pourrait adresser à Sumox est que les Mac ne sont pour l’instant pas couverts. Mais bon, dans la mesure où les Mac n’ont pas de problèmes, ça n’est au fond pas bien dramatique 😉