Suis-je vraiment un irrécupérable emmerdeur?

Le 17 juin dernier est sorti Firefox 3. Même si vous ne l’utilisez pas, vous en avez peut-être entendu parler suite à la grosse opération de buzz menée autour du Download Day (avec plus de 8 millions de téléchargements dans les premières 24 heures, on peut dire que l’opération a bien marché). Il faut dire qu’avec 15’000 améliorations annoncées, il y avait de quoi susciter l’enthousiasme.

Alors que les premières critiques étaient unanimement bonnes (vitesse, stabilité, ergonomie…), mes premiers pas avec cette nouvelle version de Firefox ont été un peu laborieux. Alors que Firefox 2 n’avait quasiment jamais planté, j’ai essuyé un nombre incalculable de fermetures de navigateur inopinées lors des premiers jours passés à utiliser cette nouvelle mouture. Même si la session est restaurée au démarrage suivant, ça énèrve.

Le gestionnaire de téléchargements est également moins bien pensé que le précédent, selon moi. Côté vitesse de chargement des pages, pas d’amélioration vraiment perceptible. Le layout graphique m’apparaît également comme moins intuitif et moins séduisant. Je m’apprêtais donc à rédiger un petit billet critique sur le sujet, mais mes doigts se sont interrompus juste au dessus des touches, paralysés par cette angoissante question: suis-je vraiment un irrécupérable emmerdeur?

Depuis que j’ai créé ce blog (un an bientôt), j’ai fait l’éloge (ou au moins parlé positivement) de:

A l’inverse, j’ai critiqué/dénoncé/raillé/méprisé/craché sur:

  • Les Etats-Unis
  • Facebook
  • Christophe Blocher
  • Les Etats-Unis
  • La Chine
  • La communauté internationale
  • Les Etats-Unis
  • Netvibes
  • Reddit
  • Les publicitaires
  • Le foot
  • Nespresso
  • Les Etats-Unis

Les plus attentifs auront remarqué la présence répétée des Etats-Unis dans cette liste. Il s’agit effectivement d’un thème récurrent dans mes écrits, je l’admets, et cela ne risque pas de changer avant la prochaine présidence. Pourquoi?

J’ai beaucoup appris ces derniers temps, notamment au travers des documentaires d’Alex Jones, sur la nature et l’ampleur réelles des crimes perpétrés par Bush et son administration; croyez-moi, vous n’en connaissez pas le dixième (je donne volontiers plus d’infos là-dessus à ceux que ça intéresse, mais ce n’est pas le sujet principal de cet article).

Bref, tout cela pour dire que je critique beaucoup. De l’extérieur, cela peut donner la désagréable impression que je m’estime supérieur, que je sais tout mieux que tout le monde et que du coup je me permets de donner des leçons. Il n’en n’est rien.

Je me base sur un constat très simple, et que je peux d’ailleurs valider au quotidien dans mon cadre professionel: les entreprises lisent ce que disent leurs consommateurs. Les entreprises ont compris que le média Internet est aujourd’hui omniprésent, incontournable, et surtout plus rapide et réactif que n’importe quel autre canal de communication. Par conséquent, les entreprises un brin à la pointe écoutent et lisent ce que disent les gens sur le net, et agissent en conséquence (parfois).

Alors bien sûr, quand je critique la Chine, les Etats-Unis ou l’ONU, je n’ai ni la prétention ni l’espoir de faire changer les choses en l’espace de quelques lignes vindicatives. Pourtant, je considère le simple fait d’exprimer son désaccord comme fondamentalement important. Tout seul, je n’ai sûrement aucun poids; mais dès lors qu’on s’y met à plusieurs (à l’échelle d’un pays par exemple), on a le pouvoir de faire changer les choses. Alors j’aurai au moins apporté ma pierre à l’édifice.

C’est comme les gens qui ne vont pas voter et qui ensuite se plaignent de leurs dirigeants ou des lois qui régissent leur vie. Même si voter ne garantit pas que son idée ou son candidat l’emporte, cela donne au moins la légitimité de critiquer, de dénoncer et de se plaindre d’un certain état de fait. T’as pas voté? Dans ce cas ferme ta gueule, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même si le résultat ne te plaît pas.

Bloguer, c’est un peu mon vote permanent. Je n’ai ni la prétention d’en savoir plus que mon voisin, ni celle d’avoir le pouvoir de changer la donne. Mais au moins, le jour où les Etats-Unis et la Chine lanceront un Facebook commun destiné à promouvoir les pubs débiles, les capsules en aluminium et Christophe Blocher, le tout avec l’accord de la communauté internationale, je pourrai dire: je vous avais bien dit qu’il fallait se méfier.

Publicités

Étiquettes : ,

2 Réponses to “Suis-je vraiment un irrécupérable emmerdeur?”

  1. Monique Says:

    Ce qui est bizarre c’est que tu critiques 5 fois dans ta liste les Etats-Unis mais finalement dans les faits c’est uniquement une administration et non les Etats-Unis que tu critiques.
    Peux-t-on assimiler tous les américains à cette administration internationalement crapuleuse alors que ces même américains ne votent pas pour l’Afghanistan, ou pour l’Irak mais bien pour améliorer leur vie quotidienne ?
    Comme le font…les suisses, les français….et tous les peuples de la terre.
    Finalement, seuls quelques pays ayant déjà assuré à leur peuple la richesse et le confort pour tous (comme la Norvège par exemple) peuvent penser à ces considérations humanistes. Mais c’est très très loin d’être le cas des États-Unis et de beaucoup de pays dans le monde.
    Je remarque d’ailleurs que tu critiques, les États-Unis, la Chine, mais pour la Suisse, ça devient une personne et plus un pays: Blocher… 😉
    Enfin, je ne suis pas sûre que la critique intensive de l’administration Bush confondue avec celle des Etats-Unis soit à même de permettre le dialogue avec ces américains, et j’aurai même tendance à dire que nous risquons de nous heurter à une réaction épidermique de leur part, ayant les effets opposés à ceux désirés.
    Alors oui, je te confirme, tu es un emmerdeur, mais je te dirai, si ton emmerdement est constructif et fait avancer les choses alors continue mais attention à ne pas tout confondre, et à ne pas avoir devant nos ordinateurs (tout neuf.. ;-)) de grandes considérations humanistes souvent éloignées d’une réalité bien plus dure et complexe.

  2. Vince Says:

    Tu as tout à fait raison concernant l’amalgame que je fais parfois entre l’administration et le peuple, même si dans le premier article que j’ai publié sur ce blog, je mentionnais explicitement: “il importe tout d’abord de distinguer entre la population et le gouvernement. […] Il me semble donc un peu réducteur de s’abandonner à un raisonnement du type: si les Américains ont élu un con pareil, ils ne valent sûrement pas mieux”. Donc, si je donne parfois l’impression de mélanger les deux, la distinction est bien claire dans ma tête!

    Second point, sur lequel tu as aussi raison: il est vrai que pour se permettre le luxe des “considérations humanistes”, il faut avoir assuré à son peuple un certain niveau de vie. Maintenant, il y a une sacrée différence entre “ne pas avoir de considérations humanistes” et “oppresser et attaquer son propre peuple pour satisfaire un agenda personnel”. Ce dernier point, ce n’est pas moi qui le pense; ce sont des milliers de documents récemment déclassifiés, et accessibles publiquement, qui le prouvent.

    Ensuite, c’est vrai que je ne critique que Blocher, pas la Suisse; mais là encore, dans mon premier article, je disais “je pense qu’il est toujours plus facile de critiquer ce qui se passe chez son voisin que chez soi”. Donc oui, je ne suis probablement pas objectif mais au moins j’en suis conscient!

    Globalement, je te rejoins complètement sur le fait que pour être vraiment utile, toute critique doit être constructive. Dénoncer pour dénoncer ne mène probablement nulle part, même si prendre conscience d’un problème est déjà un premier pas vers sa solution. Je pense que je me laisse vite emporter quand j’écris, et le côté émotionnel impliqué dans ce que je critique me fait certainement dévier d’un discours plus rationnel et objectif.

    Merci pour ce feedback (constructif!) en tous cas; la dernière fois que je t’ai vue dire autant de trucs sérieux c’était pendant un pitch de ventes 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :