Nespresso, compagnie écolo… ou pas

J’aime beaucoup Nespresso, tant la marque que les produits. Je le précise, faut de quoi on va encore dire que je n’écris que pour râler ou critiquer, quand ce n’est pas les deux à la fois. Donc oui, j’adore Nespresso, mais ça ne m’empêche pas d’être un fan objectif.

Je viens de déballer ma nouvelle machine Nespresso, une Essenza dont la petite taille convient agréablement à l’agencement de ma cuisine. En ouvrant le carton, je tombe directement sur les capsules offertes avec la machine; l’expérience démarre donc plutôt bien.

J’avise ensuite la documentation fournie avec la machine: mode d’emploi, mot de bienvenue du Directeur pour la Suisse, une publicité pour l’Aeroccino (c’est vrai ça, il n’est jamais trop tôt pour faire du upselling), informations sur le Club et les boutiques, bon de commande, ainsi qu’un petit classeur pour tout savoir sur Nespresso, ses machines et ses grands crus en quelques fiches pratiques.

Là où j’ai été déçu, c’est de voir que la documentation était fournie en 3 langues. Si la procédure est plutôt répandue, ce qui m’a frappé, c’est de voir que j’avais dans les mains des documents bien distincts les uns des autres, et non un seul qui contiendrait les 3 langues comme cela se fait souvent. Est-ce que le fait d’avoir des documentations séparées par langue ne serait pas justement une occasion de ne fournir que celle qui sera lue?

Si l’achat se fait en boutique, le vendeur rajoute la documentation qui correspond à la langue de son interlocuteur; si l’achat se fait en ligne, il suffit d’inclure une question dans le processus de sélection pour savoir quelle version envoyer. On dit souvent que l’écologie passe d’abord par des gestes simples; ceux que je viens de mentionner ne me paraissent pas insurmontables.

Un deuxième point m’a gêné à la lecture du mode d’emploi de la machine. Il est recommandé, avant chaque café, de faire couler une tasse d’eau pour préchauffer la tasse en question. Je sais bien que Nespresso, c’est le café corps et âme et que l’expérience consommateur est clé. Mais de là à recommander un gaspillage pareil pour le simple confort gustatif de sa clientèle, je trouve ça limite choquant. Heureusement, je pense que ce conseil n’est que peu suivi; sa présence dans ce mode d’emploi n’en demeure pas moins très discutable.

Mon but n’est pas de dramatiser tout ceci, d’autant que nous ne sommes clairement pas en présence d’un cas unique. Toutefois, connaissant l’éthique Nespresso (marque qui s’engage activement dans le commerce équitable notamment), j’avoue être un peu déçu sur ce coup-là. Un peu surpris aussi, dans la mesure où l’aliminium utilisé pour la fabrication des capsules ramène déjà à la marque son lot d’ « éco-critiques ».

Publicités

Étiquettes : , ,

5 Réponses to “Nespresso, compagnie écolo… ou pas”

  1. La souris blonde Says:

    Si tu tiens à économiser l’eau, tu peux employer l’eau de préchauffage de la tasse pour arroser tes plantes, après refroidissement dans un autre récipient. Un peu lourd pour la logistique, mais tu vois, avec de la bonne volonté, on y arrive! Roooh le râleur 🙂
    Par contre, pour les capsules unidoses, jetables et pas recyclables, ça me paraît autrement plus grave…

  2. Vince Says:

    M’dame, m’dame, j’ai pas de plantes vertes chez moi comment je fais? 😉

    Pour les capsules, elles sont en fait recyclables, mais le processus n’est pas encore assez simple. Idéalement, il faut jeter les capsules usagées dans le petit tonneau fourni par (enfin, acheté chez) Nespresso et quand le tonneau est plein, aller le vider dans un endroit bien précis.

    L’ennui, c’est que les endroits en question ne sont généralement pas les centres de recyclage classiques, même si on commence à y voir des containers spécifiques pour les capsules Nespresso (du moins en Suisse, mais la notoriété de la marque y est colossale). Il faut donc non seulement savoir où porter ses capsules mais également avoir envie de faire un déplacement juste pour ça…

  3. Jerry Says:

    Donc :
    – pour tes (futures) plantes vertes, tu as intérêt à boire le plus de cafés possible, sinon elles auront soif
    – pour le recyclage des capsules, tu as intérêt à en boire le moins possible, sinon c’est vraiment trop galère.
    Choix cruel…

  4. Vince Says:

    L’idéal serait de trouver un moyen d’arroser mes plantes vertes avec de l’aluminium, mais le projet me semble un peu bancal… enfin je dis ça, c’est pas moi l’ingénieur de la famille 🙂

  5. daviddcom Says:

    PODIUM NESPRESSO AWARD – Septembre 2010
    Nespresso, Casino et L’Or Espresso
    Plus d’info : http://daviddcom.wordpress.com/2010/08/13/nespresso-capsules-et-etat-des-lieux/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :