Google Bombing

L’histoire n’est pas récente: elle date d’environ deux ans. Je n’en n’ai eu connaissance qu’il y a peu mais j’ai tout de suite su que j’en parlerai sur ce blog, d’une part parce qu’elle illustre un phénomène directement lié à mon travail et d’autre part parce qu’elle me permet de rire encore un peu de George W. Bush (ceux d’entre vous qui ont lu mon article consacré aux Etats-Unis se rappellent peut-être que je ne suis pas leur plus grand fan).

Pour comprendre ce qui s’est passé, un préambule technique très basique est probablement nécessaire. Lorsque vous effectuez une recherche Google, deux types de résultats vont généralement vous être renvoyés: en haut de la page ainsi que sur la droite se trouvent les liens commerciaux (cela signifie que des entreprises ont payé pour placer ces liens parmi les résultats des recherches portant sur des mots spécifiques). Les autres liens (c’est-à-dire la vaste majorité) appartiennent à ce que l’on appelle les résultats naturels, ou organiques.

Dans le jargon d’Internet, on appelle référencement organique (en anglais, Search Engine Optimization) l’ensemble d’actions dont la finalité est d’obtenir le meilleur emplacement possible au sein de ces résultats naturels. Ainsi, quand vous effectuez une recherche Google, les résultats qui s’affichent en premier sont les sites bien référencés. Il s’agit d’un point extrêmement important dans la mesure où des études ont montré que les internautes regardent rarement les résultats de recherche au-delà de la seconde ou troisième page. Qui dit mauvais référencement dit donc visibilité quasiment nulle pour votre site.

Or, il se trouve que le référencement dans les moteurs de recherche dépend d’un certain nombre de paramètres. Sur le blog officiel de Google, on trouve notamment l’explication suivante: « Les résultats de recherche dans Google sont générés par des programmes informatiques qui classent les pages web en grande partie en examinant le nombre et la popularité relative des sites qui pointent vers ces pages web ». Autrement dit, plus vous avez de liens qui pointent vers votre site, plus celui-ci a de chances d’être bien classé (il s’agit évidemment d’un raccourci de ma part; il y a quantité d’autres critères qui rentrent en compte en termes de référencement organique).

C’est ici qu’arrive la subtilité: les algorithmes de Google ne prennent pas seulement en compte le nombre de liens, mais aussi leur intitulé. C’est ce dernier point qui a donné naissance à un phénomène désormais assez célèbre sur Internet (du moins chez les initiés), j’ai nommé le Google Bombing. Le procédé est relativement simple mais redoutable d’efficacité: si un nombre suffisant de liens portant le même nom pointent vers un site, alors une recherche portant sur le nom du lien fera remonter en première position la page faisant l’objet de ces liens. L’exemple suivant (qui est donc l’histoire que je mentionnais en début de page) va probablement être plus parlant que cette dernière phrase quelque peu alambiquée.

En 2005, des internautes se sont ligués pour organiser un des Google Bombing les plus célèbres de la Toile: le « miserable failure » (échec lamentable). A cette époque, une personne tapant ces deux mots dans Google voyait arriver en tête des résultats… la biographie officielle de George W. Bush sur le site de la Maison Blanche! La page francophone de Wikipédia consacrée au Google Bombing offre une liste d’exemples assez amusants, parmi lesquels on retrouve notamment les cas « magouilleur », qui renvoyait vers la page du président Chirac, et « Iznogoud », qui renvoyait à la biographie officielle de Nicolas Sarkozy (on notera d’ailleurs que les politiciens semblent être des cibles de prédilection pour ce type d’attaques).

Evidemment, Google a par la suite pris des mesures pour limiter ce type de pratiques. Même si le géant américain n’a pas beaucoup communiqué sur les mesures concrètes qui ont été appliquées (histoire de ne pas tendre de perche aux internautes mal intentionnés), on peut raisonnablement penser que l’une de ces mesures a été de diminuer le poids de l’intitulé des liens dans le système de classification des résultats (Google Page Rank). Le cas du Google Bombing n’est d’ailleurs pas unique: le référencement organique fait souvent l’objet de détournements et d’utilisations frauduleuses qui poussent Google à modifier fréquemment ses algorithmes afin de limiter ce type de pratiques.

Il n’en demeure pas moins que sur Internet, on retrouve toujours des traces des événements passés. Alors rien que pour le plaisir, voici une petite capture d’écran vieille de deux ans, à l’époque où « miserable failure » faisait remonter la biographie de W. Au passage, on notera qu’un même intitulé peut servir à effectuer plusieurs Google Bombing différents; ainsi, sur l’image ci-dessous, le deuxième résultat pointe vers le site officiel de Michael Moore. Ah, le monde magique d’Internet…

Google Bombing pour “miserable failure”

C’est une nouvelle fois mon collègue et ami Marc-O qui m’a expliqué le concept. Merci à lui!

Publicités

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Google Bombing”

  1. Phil Says:

    Excellent !

    Merci Vincenz-O ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :