Web 2.0 et qualité

Le concept de web 2.0 a donné naissance à de nombreuses polémiques concernant par exemple son caractère révolutionnaire, que certains contestent vivement (n’y voyant qu’une évolution ou un simple coup de marketing, parfois même les deux à la fois).

Un autre grand débat lié au web 2.0 concerne la qualité des contributions des internautes. Si l’étude suivante semble indiquer que les internautes ne sont pas moins experts que les « professionnels », le cas de wikipédia est peut-être trop particulier pour être généralisé à l’ensemble du mouvement web 2.0.

Je citais il y a quelques jours l’article de Thierry Crouzet, un univers de trolls, dans lequel il annonce ni plus ni moins que l’arrivée de « l’âge de la médiocrité ». Or, je viens de tomber sur un article d’un blogueur du nom de Joseph que je vous recommande vivement, car il offre un son de cloche radicalement différent. Il est néanmoins intéressant de noter que les deux articles cités ci-dessus ont été inspirés (du moins en partie) par le même ouvrage, The Cult of the Amateur de Andrew Keen.

Personnellement, je rejoins bien plus volontiers l’article de Joseph que celui de Thierry Crouzet. Même si je suis le premier à dire que le fait de s’exprimer sur la toile reste une possibilité et non une obligation, je m’oppose farouchement au raisonnement élitiste et discriminatoire qui veut que seuls les prétendus « experts » ou « professionnels » ont voix au chapitre sur Internet. D’autant que dans bon nombre de cas (et c’est une des idées mises en avant par Joseph), ceux que l’on appelle « amateurs » proposent des contenus sinon plus pertinents, du moins plus objectifs.

J’apprécie aussi beaucoup la façon dont Joseph présente les contributeurs volontaires du net comme étant complémentaires (et non concurrents) par rapport aux medias traditionnels ou aux entreprises. Je pense que cette approche est beaucoup plus saine que celle qui tente à tout prix de tracer une frontière entre ces deux types d’acteur. En effet, pourquoi ne pas profiter des qualités et des compétences offertes de chaque côté? Pourquoi faudrait-il rejeter en bloc l’un ou l’autre sous prétexte que tout n’y est pas parfait?

En bref, la problématique de la « qualité 2.0 » n’a pas fini de faire parler d’elle. Si elle vous intéresse, je vous encourage vivement à lire les articles de Thierry Crouzet et Joseph pour vous forger un début d’opinion ;o)

Publicités

Étiquettes : ,

2 Réponses to “Web 2.0 et qualité”

  1. brownian Says:

    Dans l’immense débat amateurs vs professionnels, ce n’est en général pas la qualité de la contribution qui est mise en cause: les amateurs développent souvent des capacités qu’il manque à certains professionnels.
    La principale différence (qui peut soutenir la vision des cassandres) est dans le travail éditorial. De nombreuses contributions, de nombreux articles ont un bon fond mais pêchent par le manque de vision globale, de travail éditorial et je ne suis pas sûr que la relecture de tous n’apporte cette vision.

    Sur le plan de la rigueur et de la correction, le travail collectif du réseau est une assurance; sur la pertinence, l’adapation, l’édition, c’est une autre paire de manches

  2. Vince Says:

    @brownian: s’il est vrai que bon nombre de critiques sont dirigées contre les aspects éditoriaux, la qualité du contenu n’est guère épargnée par le phénomène. Du moins l’article de Thierry Crouzet que je cite va-t-il dans ce sens.

    « L’assurance-qualité » que représente le travail de groupe (et que vous mentionnez à juste titre) joue effectivement en faveur d’un meilleur contenu, les lacunes ou erreurs des uns étant compensées/corrigées par les autres. Reste que peu de sites peuvent malheureusement s’en réclamer car elle nécessite un nombre d’utilisateurs énorme!

    Je viens par ailleurs de retrouver une étude concernant les contributions des internautes, étude qui pointe vers une autre particularité de Wikipedia: là où seulement 0.2% des visiteurs de YouTube ou 0.16% des visiteurs de Flickr soumettent des vidéos ou des photos, 4.5% des visiteur de Wikipedia y ajoutent du contenu. Au-delà du nombre de visiteurs, le pourcentage de réels contibuteurs au sein de ceux-ci joue donc probablement un rôle dans la création de cette assurance-qualité!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :