Surfer plus vite avec Firefox 3

22 novembre 2008

Il y a quelques temps, je suis tombé sur un site qui expliquait comment accélérer la navigation dans Firefox 3. Je n’avais jusqu’alors jamais été particulièrement frustré par la vitesse que je constatais; néanmoins, étant un surfeur plutôt intensif, je me suis dit que ça valait la peine d’essayer.

A l’arrivée, la différence est tellement énorme que j’en viens à me poser une question: s’il est possible de surfer à une vitesse pareille, pourquoi cette configuration n’est-elle pas proposée par défaut lorsque Firefox est téléchargé? On ne parle pas ici d’une vitesse qui augmente de façon marginale, mais bien d’un passage du simple au quintuple, sinon plus.

Il me semble qu’en termes d’expérience utilisateur, c’est quand même un sacré avantage. Combien de fois avez-vous été exaspéré par une page nécessitant 30 secondes pour s’afficher? Combien de fois avez-vous quitté un site parce que la navigation y était insupportable de lenteur?

Les sites en question ont évidemment un rôle à jouer de leur côté. Les pages excessivement riches en contenu, animations flash et autres images Haute Définition mettront toujours un certain temps à s’afficher. Il n’en demeure pas moins que pour la majorité des sites actuels, les quelques opérations que je vous propose ci-dessous peuvent vraiment révolutionner votre façon de surfer.

  1. Ouvrez Firefox et tapez about:config dans la barre d’adresse (ne vous préoccupez pas du warning).
  2. Trouvez la ligne network.http.pipelining et passez sa valeur en True en double-cliquant dessus.
  3. Créez une valeur booléenne (clic droit, Nouveau), nommez-la network.http.pipelining.firstrequest et donnez-lui la valeur True.
  4. Trouvez la ligne network.http.pipelining.maxrequests et donnez-lui la valeur 8 en double-cliquant dessus.
  5. Trouvez la ligne network.http.proxy.pipelining et passez sa valeur en True.
  6. Créez deux nouveaux entiers (valeur numérique) que vous nommez nglayout.initialpaint.delay et content.notify.interval et dont vous mettez la valeur à 0.

Résultats garantis. La manipulation ci-dessus marche également avec la version bêta de Firefox 3.1.

Bientôt des flux RSS chez Google

10 octobre 2008

On l’attendait depuis un moment, Google l’a confirmé il y a quelques jours: des flux RSS seront bientôt disponibles sur les pages de résultats de son moteur de recherche. La date officielle n’est pas encore connue, mais le lancement de cette nouvelle fonctionnalité a été confirmé par un porte-parole de Google.

Actuellement, Google est le seul moteur de recherche d’importance qui ne propose pas encore ces fameux flux RSS (pour un bref rappel concernant les flux RSS et leur utilisation, je vous encourage à lire mon tutorial Netvibes). En effet, le seul moyen proposé jusqu’ici pour se tenir informé de l’apparition de nouveaux contenus en lien avec une thématique donnée était Google Alerts.

Toutefois, à bien y regarder, cela n’a selon moi rien de surprenant, au contraire. Concrètement, le principal changement comportemental induit par l’utilisation de ces flux est qu’il n’est plus nécessaire d’aller sur un site pour en recevoir les mises à jour.

Au niveau des moteurs de recherche, cela signifie qu’au lieu de taper la requête « embarquement e-media » (au bol) dans Google tous les jours, vous n’avez qu’à lancer la recherche une fois, souscrire au flux RSS associé à cette requête spécifique, et vous recevrez automatiquement les nouveaux résultats liés à cette recherche dans votre agrégateur dès leur indexation par Google.

Petite question maintenant: parmi ses très nombreuses activités, laquelle est la plus profitable pour Google? Bravo, il s’agit effectivement de Google AdWords, qui permet d’afficher sur les pages de résultats des publicités en lien avec les requêtes des internautes – ce que l’on nomme la publicité contextuelle.

Ces publicités fonctionnent selon un système d’enchères dans lequel les annonceurs achètent les mots-clés en lien avec leur domaine d’activité, et ne paient le prix de ces mots-clé que lorsqu’un internaute clique sur l’annonce. C’est que l’on appelle le CPC, ou Coût Par Clic. A travers ce canal, ce sont plusieurs milliards de dollars qui rentrent chaque année dans les caisses de Google.

Je pense que vous voyez où je veux en venir: avec les flux RSS, il n’est plus nécessaire d’aller sur Google, du moins pas pour les requêtes que l’on effectue fréquemment. Or, si le trafic et l’utilisation de Google baissent, le taux de clics sur les annonces risque de suivre la même direction.

La baisse des clics entraînera la baisse des revenus pour Google, et la baisse de trafic rendra Google moins attractif pour les annonceurs, qui seront amenés à réduire leurs achats de mots-clé. Et re-baisse des revenus pour Google.

Alors évidemment, d’ici à ce qu’AdWords tombe en désuétude, il y a encore plusieurs pas de géants à franchir. Je pense néanmoins qu’il faut voir ici une des raisons qui ont poussé Google à retarder l’apparition de cette fonctionnalité, de même qu’une de ses principales motivations dans sa quête perpétuelle de nouvelles sources de revenus publicitaires – tels que l’insertion de publicités dans les jeux vidéos en ligne.

Il sera en tout cas très intéressant d’étudier les états financiers de Google dans les mois qui suivront le lancement des flux RSS.

Apple: produits de génie, SAV d’abrutis

17 septembre 2008

Je n’ai pas reparlé de mon Macbook Pro depuis que je l’ai commandé, ce qui est une honte étant donnée la satisfaction que me procure la bête depuis son arrivée. En effet, et comme je m’y attendais, c’est un véritable monstre de performance.

Les premières heures de prises en main sont un peu déroutantes, le temps d’intégrer le fait que bon nombre des raccourcis et automatismes utilisés sur PC ne s’appliquent pas sur Mac. Cependant, une fois cette barrière franchie, c’est que du bonheur si j’ose dire. Et ça ne plante pas.

Que dire de l’écran brillant 17 pouces, si ce n’est que la qualité d’image et le confort visuel dépassent mes attentes. Je n’ai pas encore vraiment cherché, mais si Apple propose des kits home cinema compatibles Macbook Pro, je sens venir l’achat dans les semaines qui viennent.

Ca, c’est pour la partie produit. La bonne partie. Passons maintenant à la mauvaise.

J’habite à Genève, partie francophone de la Suisse. Lors du passage de ma commande et du paiement, j’ai reçu un certain nombre d’e-mails de confirmation m’informant que tout se passait bien. Des e-mails en français, donc.

Et pourtant, depuis lors, les publicités envoyées par Apple sont désespérément en allemand.

Pub Apple iPode touch en allemand

Alors oui, je sais, l’allemand est l’une des trois langues nationales de ce pays, une langue que j’ai d’ailleurs étudiée pendant des années dans le cadre de mon cursus. Mais là n’est pas la question, ne commencez pas !

Aujourd’hui, la personnalisation est un domaine extrêmement porteur sur le net. De quoi s’agit-il ? Très simplement, cela consiste à détecter un certain nombre de caractéristiques de ses visiteurs afin de leur proposer le contenu le plus proche possible de ce que l’on croit avoir deviné d’eux.

En effet, lorsque vous arrivez sur un site web, vous amenez avec vous un nombre d’informations que vous ne soupçonnez peut-être pas: votre pays, votre langue, votre navigateur, les sites que vous avez visités et par lesquels vous êtes arrivés ou encore le nombre de visites que vous avez déjà effectuées par le passé.

En fait, la personnalisation de contenu peut s’avérer tellement efficace qu’il existe aujourd’hui des outils remarquablement performants dans ce domaine. Collecter, analyser et combiner intelligement les données afin d’améliorer l’expérience utilisateur requiert en effet des solutions pointues. Mais ce n’est pas de ça qu’il s’agit ici.

Je ne demande pas aux gens d’Apple de savoir ce que je porte en ce moment afin de me proposer un iPod Touch de la même couleur que mon t-shirt. Je ne leur demande pas non plus de savoir que je n’utilise que 2% des fonctionnalités d’un téléphone portable classique, que je le conçois comme un appareil purement utilitaire et que je n’ai donc aucunement l’intention d’acheter un iPhone.

Ce que je demande est bien plus trivial: quand un client se fait livrer un ordinateur dans une ville francophone, et que de surcroît les e-mails de confirmation lui ont été envoyés en français (ce que le client en question a, naïvement peut-être, interprété comme un signe que les gens chez Apple avaient compris qu’il parle français), serait-il possible de lui envoyer des publicités… en français ?

P.S: ce qui me tue le plus dans cette histoire, c’est que Gmail se fait avoir comme un bleu et me balance des publicités germanophones en marge du mail incriminé. Heureusement que je ne les lis jamais…

Google s’apprête à sortir son navigateur

2 septembre 2008

Et soyons francs, il fallait bien ça pour me faire sortir de mon silence ! En effet, sans que je comprenne vraiment comment, le mois d’août est déjà terminé !

Bref, comme je l’annonce dans le titre (et comme l’ont déjà annoncé des milliers de blogs ces dernières heures), le navigateur de Google dont on parle depuis si longtemps est enfin une réalité. Baptisé Chrome, il sera disponible au téléchargement en version bêta dans les heures qui viennent ici.

Les opinions divergent concernant les véritables intentions de Google: s’agit-il réellement d’une attaque envers Microsoft ? S’agira-t-il d’un simple navigateur ou d’un réel système d’exploitation web ? Le terrain de chasse privilégié de Chrome sera-t-il vraiment l’ordinateur ou le mobile ?

De Techcrunch à Fred Cavazza en passant par le blog officiel de Google ou le Search Engine Journal, la blogosphère ne parle que de ça depuis quelques heures. Je n’ai donc pas la prétention (ni la motivation je l’avoue) d’apporter de nouveaux éléments.

En revanche, c’est avec plaisir que je vous soumets la bande dessinée que Google a utilisée pour faire son annonce. Un concept original qui a également le mérite de très bien vulgariser un sujet parfois peu accessible au grand public.